Krismenn

Krismenn

...ans

🍂

Krismenn, né Christophe Le Menn le 14 mars 1981 à Landerneau, est connu comme étant un chanteur rappeur, auteur-compositeur-interprète et musicien francophone de culture bretonne. Il est le représentant du rap en breton et du chant breton mêlé au flow du hip-hop aux sonorités post-folk et à la musique électronique. Il est l'inventeur du « kan ha beatbox », associant le chant à danser appelé kan ha diskan au human beatbox.

Christophe Le Menn nait à Landerneau. Ses parents ne sont pas bretonnants mais c'est la langue maternelle de ses grands-parents. Il fait ses premières gammes de musique bretonne à l’âge de dix ans, jouant de la caisse-claire pendant près de dix ans au sein du bagad Plougastell. En parallèle, il apprend la guitare. Son coup de foudre pour le kan ha diskan (« chant et contre-chant ») se produit à l'écoute des frères Quéré ainsi que de Louise Ebrel. Vers 16 ans, il part à la rencontre des gens qui pratiquent la danse bretonne dans les festoù-noz (fêtes de nuit) et font vivre la culture. Tous les week-ends, ou presque, il prend la direction du Kreiz Breizh, pour chanter, danser et parler un « breton populaire ». Il apprend auprès des anciens et après un bac L, obtient une licence de breton-celtique à Brest. À 18 ans, il s'installe en Centre Bretagne, à Saint-Servais ; cela lui permet d'acquérir le répertoire traditionnel auprès de bretons nés au début du XXe siècle, tout en écoutant les archives de l’association Dastum, qui collecte le patrimoine oral breton (dont Madame Bertrand pour ses mélodies). Formé à Rennes pour être ingénieur du son, il collabore avec Radio Kreiz Breizh.

Adolescent, il écoute beaucoup de hip-hop. Au début des années 2000, il part vivre au Québec et y découvre le bluegrass ainsi qu'un grand nombre de rappeurs québécois qui rappent avec leur accent. Il en revient au bout de deux ans avec son surnom, inspiré de l'expression « Criss, man ! » (« Putain, mec ! »), mais aussi avec la certitude que le hip-hop est compatible avec la langue bretonne autant qu'il l'est avec le français québécois,.

À son retour, Il débute par côtoyer son mentor, le chanteur Erik Marchand. En 2002, il obtient le premier prix du concours Kan ar Bobl (chant du peuple, en breton). Entre 2004 et 2007, il évolue au sein de la première formule de la Kreiz Breizh Akademi, l'école des musiques modales d'Erik Marchand. Cette expérience lui permet de suivre l'enseignement de différents créateurs de musiques du monde, en Bretagne, en Albanie ainsi qu'en Inde où il s'essaye aux tablas et vocalises auprès des maîtres du genre. L'orchestre enregistre un album, Norkst, et construit un spectacle, joué dans les principaux festivals bretons (Yaouank, Tombées de la nuit, Cornouaille, Bout du Monde), puis sur les scènes nationales, ainsi qu'à l'étranger (Espagne et Portugal). Il participe à d'autres projets de crew au chant, comme la formation Darhaou, ou en tant que musicien (contrebasse dans un crew de bluegrass et de musique québécoise).