Grems

Grems

...ans

🍂

Grems, dont le nom de naissance est Michaël Eveno, né le 25 octobre 1978 est connu comme étant un chanteur rappeur, designer et graffeur francophone.

Eveno fonde en 1998 le crew Hustla, au sein duquel il commence son parcours musicale, aux côtés du Jouage (du crew Gravité Zéro avec James Delleck.). En 2001 et 2002, respectivement, sortent un maxi et un premier album du crew Hustla dont le nom ests Paris-Bordeaux-Vitry et Sonophrologie. Pionniers du genre avec La Caution et Psykick Lyrikah, suivis de près par TTC, L'Atelier et Le Klub des Loosers, Hustla se démarque très tôt grâce à ses textes métaphoriques et ses productions de hip-hop expérimental.

Le tout premier album personnel de Grems, dont le nom est Algèbre en 2004, au label De Brazza,. Il est invité à rejoindre un projet de rap conceptuel par Le Sept et Rodd, délire mythologique autour de l'antiquité grecque, appelé Olympe Mountain. Le crew est alors constitué d'une dizaine de MCs et compositeurs, Sept, Rodd, Le Jouage, Iraka20001, Booba Boobsa, Sir Yu, Star Propaganda, CPU et Dust, chacun étant associé à une divinité grecque directement liée à leur caractère ; ainsi, Grems prend le rôle de Dionysos, dieu du vin et des excès. Le projet prend la forme d'un album de 17 titres : La montagne ça vous gagne, à mi-chemin entre la tendance rap des années 1990 et un hip-hop futuriste, expérimental et métaphorique, auto-produit et en téléchargement libre.

En 2005, Grems fonde son propre label discographique appelé Deephop Panel, visant à promouvoir une certaine idée du rap et de la musique électronique. Il réalise également un nouveau projet de rap conceptuel, influencé par Moodyman, Technotronic ou encore Crystal Waters aux côtés de KillerSounds et Le 4Romain : Rouge à Lèvres. Considérant la french touch comme ayant eu un impact virulent à l'étranger, il décide dorénavant de rapper sur de la deep house de Chicago et de la techno de Détroit, et s’autoproclame inventeur du Deepkho. « Dans le sud des États-Unis ils ont le crunk, à Londres ils ont le grime, nous maintenant on a le deepkho[réf. nécessaire]. »